Rappel : quel bilan rapide tirer de l’intervention de F. Hollande sur France 2 ? Comment agir ?

Une remarque préalable : ainsi que l’a dénoncé F. Barjot (LMPT), il est incroyable qu’il ait fallu attendre une heure pour que, en queue d’émission, vienne enfin la question du mariage homosexuel, quelques jours à peine après la manifestation historique du 24 mars!

Cela étant, voici ce qui a été dit lors de l’émission :

François Hollande :
« Les mères porteuses : çà, çà restera interdit, en France, tant que je serai président de la République ».

 François Hollande :
« Pour la PMA, c’est renvoyé au Comité national d’éthique.

- Davis Pujadas : S’il dit non, vous ne ferez pas la PMA ?
- Je respecterai ce que dira le Comité National d’Ethique
- S’il dit oui, vous la ferez
- Je respecterai son avis, je ne veux pas préjuger. En tout cas ce n’est pas dans le texte ».

Analyse :

Pour la PMA :
Ce n’est donc même plus le président ou le parlement qui décident, c’est désormais un simple comité constitué de personnes pas même élues ! Ce qui est là encore inadmissible, quelle que puisse être la qualité de ces personnes.
S’en remettre à l’avis du Comité consultatif national d’éthique c’est donc, y compris dans le système politique actuel, déposséder le peuple de ce qui lui revient.

Ironie – cela n’a malheureusement pas été relevé par la presse: au même moment le Conseil économique, social et environnemental, saisi par 700 000 pétitionnaires, n’a pas à être consulté ! Alors même que, contrairement au Comité d’éthique, il est au nombre des organes constitutionnels destinés à assurer l’information du Gouvernement et du parlement ! Ubu roi ? Il n’est plus de mots pour relever de telles incohérences.

Pour la GPA :

Le président affirme qu’elle restera interdite jusqu’à la fin de son septennat. Mais il ajoute aussitôt : en France. S’opposera-t-il à sa promotion au plan européen ? Non !
Pire : a-t-il exigé du coup le retrait de la circulaire Taubira tirant toutes les conséquences d’une GPA pratiquée hors de France ? Pas davantage !
Cette prise de position est donc, juridiquement, non avenue. C’est bien d’ailleurs ce qu’ont compris les LGBT, qui ne contestent dans cet entretien que le retard annoncé dans l’adoption de la PMA.
On peut noter enfin l’absence de courage : si le Comité dit non, F. Hollande renonce. S’il dit oui … le président n’ose pas dire clairement qu’il le fera. Alors qu’il vient d’indiquer qu’il s’en remettrait à l’avis rendu.

Conclusion : les opposants à la loi Taubira demeurent totalement ignorés. 1,4 millions de manifestants, ce n’est pas encore assez ?

Patrice ANDRE

Notre proposition : Téléchargez ci-dessous une lettre à envoyer, si possible en lettre suivie, au Président de la République, pour lui demander d’enjoindre sans délai au Garde des Sceaux, Mme Taubira, de retirer sa circulaire GPA. Si vous le pouvez, envoyez nous une copie.

Lettre_petition_Hollande_retrait_circulaire_GPA

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>